LE TATOUEUR

 

 

 

 

18.  Comment choisir Son tatoueur ?

-   en parler autour de soi : le bouche à oreille reste la meilleure pub d’un tatoueur.

-  se renseigner sur la réputation du studio et du tatoueur

-  se renseigner auprès des personnes qui ont étés tatoués, et par qui (il peut y avoir plusieurs              tatoueurs dans le même studio) et regardez de visu la qualité de son travail

-  n’hésitez pas à franchir la porte d’un studio, on ne vous mangera pas…

-  renseignez vous sur sa pratique : méthodes,  matériel, hygiène, déroulement et déontologie

-  n’hésitez pas à poser toutes vos questions, même si elles vous paraissent saugrenues… l’attention qu’on vous portera, vous laissera présager …l’avenir…

-  regardez son press-book pour voir son « style » : certains tatoueurs ont parfois des préférences de motifs où ils excellent, et d’autres qu’ils se refusent à faire par goût  personnel

L’aspect visuel du studio ou de l’officiant peut parfois vous « interpeller », mais cette « personnalité » ne gâche en rien le professionnalisme….

 

 

 

 

19.  Un site ou une sur médiatisation est ce un critère ?

Un bon tatoueur n’a pas nécessairement un site avec de superbes photos et n’est pas obligatoirement    médiatisé…. Il n’en a peut-être pas envie….

Sa réputation locale par sa qualité de travail peut lui suffire et lui convenir….tous les tatoueurs ne courent pas systématiquement vers une reconnaissance  mondiale !!!

Une « sommité » ne vous fera pas obligatoirement une meilleure réalisation…. Et vous ne ferez sûrement pas la meilleure opération : délai d’attente plus long et tarifs prohibitifs….

Alors si toutes les conditions sont réunies, chez votre « petit » tatoueur local : qualité, hygiène, feeling ….qu’il vous réalise vos envies….. GO !!!!

 

 

 

 

 

20.  Comment apprendre à tatouer ?

L’art du tatouage s’est toujours transmis oralement, les écoles n’existent pas. Tous les tatoueurs ont donc une énorme responsabilité quant à ce qu’ils vont transmettre à leurs disciples.

L’apprenti tatoueur après l’acquisition de la technique : soudure des aiguilles, réglage des machines, normes hygiéniques … « s’entraîne » sur de la peau de cochon ou synthétique  qui possède une texture proche de celle de l’homme, avant de s’exercer sur des «cobayes»  volontaires…..

Il est évident qu’une bonne maîtrise graphique est primordiale…

 

 

 

 

 

 

21.  Il y a des formations de tatoueur ? des stages ?

 

Il existe des « stages de formation » qui n’ont pour but…. Que de garnir le portefeuille des formateurs…. Ces stages d’une moyenne de 15 jours suffisent à peine pour entrevoir l’utilisation et les réglages des machines, quant à la pratique….. N’en parlons pas !!!

La maîtrise du tatouage ne s’acquière qu’au fil des années de pratique, car au-delà de la technicité, il y a le « coup d’œil » de l’artiste pour évaluer la taille et l’emplacement d’un tatouage en fonction de la morphologie et de la musculature de chacun.

 

La meilleure formation se fait en apprentissage auprès d’un professionnel, faites le tour des studios avec votre book de dessin … et après ce n’est que du feeling…. Mais soyez persuasif : vous n’êtes pas le premier ni le dernier à faire cette démarche….

 

 

22.  Le statut des tatoueurs en 2013 ?

Cet art millénaire, jusqu’alors sans statut, est de tant à autres dans le « collimateur » des médias… et des politiciens, qui au vu des risques infectieux potentiels, se sont décidés enfin à « professionnaliser » les artistes tatoueurs.

Un décret d’application a vu le jour en Avril 2008 légiférant la pratique du tatouage, mais la profession de Tatoueur ou d’Artiste-Tatoueur n’existe toujours pas.

 

 

 

 

 

 

23.  Comment un tatoueur est déclaré ?

En 2013, les tatoueurs sont déclarés sous le régime des travailleurs non-salarié, en profession libérale, le métier de tatoueur n’existe pas…. C’est parfois répertorié dans « esthéticienne », ou d’autres fois dans « coiffure », et avec un peu de chance dans « activités artistiques »…..

Dans ce flou législatif, la signature d’une décharge est de plus en plus demandée aux candidats au tatouage ; ce document stipule que l’intéressé a pris conscience que la réalisation d’un tatouage est un acte à risque infectieux potentiel et agit en pleine connaissance de cause et de son propre gré.

 

 

 

 

 

 

 

24.  Quelle doit être la déontologie d’un tatoueur ?

 

Quelques critères pour définir la déontologie du tatoueur:

-  Qu’il prenne le temps de vous apporter tous renseignements, s’il est en pleine séance… qu’il vous fixe un RDV.

-  Qu’il respecte le choix de votre motif, vous renseigne sur sa faisabilité et au besoin sur sa signification et vous conseille sur les différents emplacements possibles.

-  Qu’il s’assure de votre motivation (évocation de la douleur).

-  Qu’il se renseigne sur votre état de santé pour vérifier l’absence de contre indications : grossesse, croissance non terminée, allergie, pathologies diverses, présence de grain de beauté… au moindre doute qu’il demande un avis médical.

-   Qu’il s’octroie  le droit de refuser de réaliser votre tatouage, pour une question d’éthique ou de convenance  personnelle, mais il se doit de vous diriger vers un autre confrère susceptible de répondre à votre demande.

-  Qu’il dessine à votre convenance, un motif personnel, s’il refuse ou n’y arrive pas …partez en courant !!!

-  Qu’il s’engage à ne jamais reproduire votre motif personnel, donc unique.

-  Qu’il s’engage à ne pas diffuser sans votre accord, de reproduction photographique de votre tatouage sur tout support médiatique : magazine, internet…

-  Qu’il définisse au préalable le coût fixe du tatouage. -  Qu’il vous laisse observer un temps de réflexion et ne tatoue que sur RDV. -  Qu’il vous avertisse que la prise d’alcool, de produits stupéfiants et de certains médicaments est déconseillée lors de la réalisation du tatouage.

-   Qu’il vous prévienne de la nécessité d’une observation rigoureuse des soins post-tatouage.

-   Qu’il fasse le suivi du tatouage et que d’éventuelles retouches soient incluses dans le prix initial, bien entendu tout manquement délibéré de votre part de l’observation des soins post-tatouage peut l’amener à établir une entente de surcoût.

-  Et bien entendu… qu’il mette en œuvre toutes les mesures nécessaires et adéquates pour garantir les conditions d’hygiène de sa pratique, en appliquant une prévention du risque infectieux et en possédant une technique de réalisation aseptique.